Derniers sujets
» Recrutement PJ - Zcorps
par l'Anomalie Hier à 20:38

» Mercredi 23 mai
par Lordjerrel Mer 23 Mai - 12:09

» Manuel Pratique du Jeu de Rôle
par Lordjerrel Mer 23 Mai - 8:54

» Avis sur un JdR
par l'Anomalie Mar 22 Mai - 18:20

» Carte des routes commerciales médiévales
par Lordjerrel Lun 21 Mai - 10:02

» Enquête facile
par Lordjerrel Dim 20 Mai - 20:39

» Samedi 19 mai
par Lordjerrel Dim 20 Mai - 3:11

» Pathfinder : La Société des Eclaireurs.
par Luther Brachet Sam 19 Mai - 12:55

» Recrutement JDR Garou
par Lordjerrel Mer 16 Mai - 7:05

Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Les posteurs les plus actifs de la semaine


Marvel Super Héros de chez Schmidt France.

Aller en bas

Marvel Super Héros de chez Schmidt France.

Message par Invité le Lun 5 Fév - 19:45

- Type : l'attaque des drag queens volants

- Niveau de complexité des règles : 1 (et encore, je cote vache).

- Suivi : niveau suppléments officiels il y a eu un écran et quatre scénars (et vu le niveau du scénar du livre de Base,  on ne peut pas m'en vouloir de ne pas m'être procuré ces derniers). Autrement au niveau inspi il y a ce qu'il faut : plus de quarante années de bd mensuelles avec une quinzaine de séries par mois, sans compter les annuels et hors série... Faite le calcul, moi j'ai la flemme.

Il y a quelques années (1988 pour être plus précis) nos camarades de chez Schmidt France (déjà coupables de la traduction et de la diffusion de l'Oeil Noir, mais si, souvenez vous, 150 francs la boite en plastique !!!) nous avaient gratifiés d'une adaptation de Marvel Super Héros dans la langue de Molière et de Cyril Hanouna...

A l'époque particulièrement mésestimé, force est de constater que ce jeu, avec le recul, était un formidable outil d'initiation pour nos chères têtes blondes (si chères à Captain America et à Daniel Cohn Benditt, mais pour des raisons différentes) et ce, à plus d'un titre. Tout d'abord parce qu'on aime ou qu'on n'aime pas, quasiment tous les teen agers des ces 30 dernières années ont eu au moins un comic book des super héros de la Marvel entre les main (et pour les autres ils connaissent au moins cette firme par les dessins animés et les films  ou bien, pour les plus réfractaires par la série TV "Hulk" avec Lou Ferigno (et ses trois téléfilms dont un avec Daredevil et un autre avec Thor, preuves à l'appui ).




Je tiens à préciser que le garçon à gauche n'est pas un activiste du FLNC armé d'une pompe à vélo mais bien notre Daredevil qui pourrait faire des pubs pour des stores roulants lui aussi... Remarquez l'absence de trous pour les yeux histoire de cacher qu'il est aveugle... Pour nous faire regretter Ben Affleck il fallait faire très fort et ils l'ont fait...





Quant au Charpentier échappé de la gay pride, il s'agit bien de Thor, notre viking préféré après Dolph Lundgren (mais pas de beaucoup, hein !!!). Et si vous demandez ce que Hulk a dans la main et pourquoi il est derrière Bruce ( David) Banner, vous avez l'esprit sacrément mal tourné.




Tout  ça pour vous dire que si vous ne connaissez pas l'univers des bd Marvel vous pouvez retourner jouer à DC Heroes (et ramenez moi une boite, histoire de faire une chronique, pendant que vous y êtes).

Aaaaaaaaah l'époque bénie des années 80 où l'on achetait super cher (plus de 150 balles c'était pas rien) une belle boîte avec plein de trucs inutiles et kitch dedans et ce jeu ne fait pas exception.




Tout (et même bien plus) est dans la boîte...




Et là on n'était pas déçus :

- il y avait une carte d'un quartier de New York (en fait une partie d'un quartier de New York, en fait une partie d'un tout petit quartier pas connu de New York, en fait trois maisons et une canisette), tout en ton pastel délavé et avec de grosses cases pour pouvoir déplacer les PNJ... En bref, aucun intérêt si vos aventures se déroulaient à Meulun ou Chablis (endroits réputés pour leur activité de super vilains ( j'ai toujours adoré cette expression si virile ) comme chacun sait).

- il y avait également des fiches cartonnées avec les 8 persos sensés jouer le scénar, tous issus de groupes de super héros différents, donc aucune continuité...

- et le plat de résistance, un scénar qui ferait passer les scénaristes de Catwoman, le Punisher et Electra pour des gagnants du Goncours, présenté comme une "une" du Daily Buggle (bien traduit par le "Clairon" qui fait un peu couverture canard associatif du Nord Pas de Calais) avec au programme :

"le Dr Octopus regroupe des méchants de seconde zone (attention les yeux : Blizzard, Constrictor, l'Homme au Fouet, le Boomerang, entre autres) et attaque New York avec un robot géant à son image : l'Octodroid (qui a un saladier renversé sur la gueule pour faire la coupe de cheveux). En bref, un ratage monumental.




Oui, vous avez bien vu : Silvio Berlusconi sera le grand méchant de Captain America 4 ( pas facile à dire )... Non en fait, c'est une version toute perrave de 1991... Le type à droite, c'est Crâne Rouge, si si !!!




J'allais oublier la raison pour laquelle on avait acheté la boite en carton : le jeu en lui même. Et là bah on ne peut pas dire que ce soit l'abondance dans le sens ou celui ci se décompose en deux livrets :

- l'un de 30 pages, le "livre des combats" ou comment expliquer simplement un système déjà simpliste avec moult exemples. Cela dit pour l'initiation c'est impeccable c'est accessible et rapide, on peut difficilement faire mieux dans le genre...

- L'autre "le livre des règles" en lui même , une soixantaine de pages, est un peu plus musclé... Avec, malheureusement abordés trop rapidement, des règles pour jouer en campagne, des tables pour les véhicules, les gadgets, la magie (avec une intervention du Dr Strange) etc...
C'est vraiment pas mal fichu, bien qu'un peu léger, mais donne bien envie d'en savoir plus, surtout pour un univers aussi riche (on peut aller dans l'espace avec les Starjammers, sous l'eau avec Namor, taper dans l'espionnage avec le SHIELD, jouer aux mutants apocalyptiques avec les Xmen, des dieux asgardiens ou grecs, des types sans trop de pouvoirs (le punisher, solo, la panthère noire) ou les bourrins avec les Vengeurs, voire, monter son équipe de Super Héros de toute pièces). Tout ça, il faut l'avouer pouvait amener des années de jeu et un monstrueux suivit (qui vint, mais aux USA, voir le lien que je donne dans la section réservée aux ressources) . Bref c'était de la balloche de chez Marc Dorcel.




Plus fort que Wonder Woman et son lasso SM : Spiderman qui capture Patrick Dewaere avec
son gros spaghetti... Avouez que les bottines rouge, ça a plus de gueule que le costume qui parle, de "Spiderman I'm Cumming"...



Autrement pour les règles : ça se passait un peu comme suit :

- la fiche était découpée en caractéristiques fixes ((Corps-à-Corps, Agilité, Force, Endurance, Raisonnement, Intuition et Psyché) et d'autres qui pouvaient évoluer selon le scénar ou les actions des PJ ((VITALITE, KARMA, RESSOURCES et POPULARITE). Chacune de ces caracs étaient évaluées non pas par un nombre (quoique ça pouvait), mais par un adjectif allant de Facteur 0 (ver de terre caractérisé) à Classe 1000 (dieu vivant) en passant par Fantastique, Monstrueux, Médiocre, Supérieur, Normal etc...). Cela avait le mérite d'être explicite et en même temps de rendre l'ambiance des comics (chaque héros avait également un adjectif comme le sensationnel Spiderman, les étranges Xmen)...

Une fois qu'on connaissait son niveau de carac on lançait 1D100 et on regardait sur la table, en croisant le niveau de la carac avec le résultat du jet on connaissait la qualité de la réussite (avec un décalage vers la gauche ou la droite pour les colonnes en cas de bonus et malus). Qualité de réussite qui correspondait à une couleur qui était répartie selon la case du niveau de carac. Une table unique bien torchée basée sur celle de James Bond, mais en plus simple encore... Du tout bon.

C'était simple, clair rapide et efficace et qui permettait un grand niveau d'adaptation. Les adeptes du simulationnisme à tout crin devaient détester mais il y avait un minimum de bugs et l'on pouvait improviser sur les résultats en bref le système permettait quand même plein de choses en restant dans son coin... bref c'était un bon jeu de club pour scénars rapides basés sur l'action. Par contre en ce qui concerne la campagne c'était plus chaud, mais faisable avec beaucoup de boulot de la part du MJ... Au moins on pouvait faire les PNJ très vite en se basant sur les sempiternelles fiches ultra complètes des Strange Spécial Origine... Toute une époque...

Paradoxalement, le succès de ce jeu ne fut pas au rendez vous en France, il est vrai que les super héros n'avaient pas encore la cote qu'on leur connaît aujourd'hui... La mode de l'époque était davantage sur les règles complexes (Rolemaster nous voici !!!) que la simplicité et l'absence de règles évolutives pour rectifier le tir n'a rien fait pour arranger les choses, pour le jeu en campagne je n'en parle même pas, pourtant il est clair qu'il y avait du potentiel...

Et pour une fois, vous pouvez le pécho gratos sur le net aux adresses suivantes :

http://www.swarmofheroes.com/Ressources/livre_des_combats.pdf

http://www.swarmofheroes.com/Ressources/livre_regles_print.pdf

Et, le futur fleuron d'une de nos soirées One Shots :

http://www.swarmofheroes.com/Ressources/jour_d_octopus.pdf


Si ce jeu vous a laissé des souvenirs ou bien si vous n'avez pas aimé, n'hésitez pas à réagir...Et si vous vous demandez pourquoi je met des photos d'adaptations toutes moisies de BD Marvel :

- premièrement je n'ai pas envie de payer la retraite de Mickey avec des droits d'auteurs,
- deuxièmement : ça vous apprendra à dire toujours "c'était mieux avant"...




Allez, comme dans un épisode de Alf ou de Cosby Show, on va finir sur un éclat de rire et un arrêt sur image...



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum